Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Fragments du Cri, 2

 

« L’amour, c’est le cri de l’aurore, l’amour c’est l’hymne de la nuit. »

(Victor Hugo, Les Contemplations, 1856)

 

La figure du patriarche a su exalter la force de l’amour conçu comme un cri : extase ou revendication, à la lueur de l’aube ou au cœur de la nuit, il a semé sa signature dans son recueil lyrique, mais le sublime et la tempête innervent toute son écriture, des recueils engagés dans la lutte de son temps ou de la littérature romanesque qui s’efforce de répondre aux questions cruciales ouvertes par son siècle.

Et si ces combats, ces interrogations restent d’actualité dans notre société contemporaine, demeure aussi éternelle la voix qui dit « amour », plainte de la perte de Léopoldine ou joie de la rencontre, message salvateur de cette puissance en nous qui nous traverse, nous anime, et nous rend dignes d’aimer et d’être aimés.

L’aube pointe, nous la guettons, nous devinons le soleil levant comme exhorté à surgir dans les cieux par les vœux de nos âmes d’un monde plus juste, univers entrevu par le grand humaniste dans les enjeux d’une nuit où nous errons encore…

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :