Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Fragments du Cri, 5

« car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse… »

(Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, 1939)

 

Et si le cri n’était pas le propre du loup qui hurle à la lune, mais de l’être humain qui retrouve sa dignité dans la revendication, en signe caractéristique de son humanité insurrectionnelle, celle de qui se redresse d’un joug d’esclavage.

Le poète de la négritude l’affirme : « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. »

Se faire la voix des sans grade, des sans voix, oser le cri de la rébellion contre l’Occident colonisateur, affirmer les valeurs de la culture noire, en écrire les lettres de noblesse, telle est toute la charge du chant poussé.

Aux imposteurs, les mouvements d’ours maladroits, la danse malhabile qui voudrait passer pour de l’élégance quand elle est le cache-misère d’une réalité qui ne peut plus durer…

Renouer alors avec le cri qui nous vertèbre, tel est le sens de ce voyage de retour aux sources !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :