Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Variation, 6

            D’abord le corps, donc. D’abord sa verticalité. Non d’abord la verticalité du corps et l’horizontalité de la page. Les deux scellés. Rectitude fière et repos de la terre déposée sur la feuille. Car l’encre est plus terre qu’eau. Plus tellurique, plus magmatique, qu’aquatique. C’est notre sang dans les sillons du champ ouvert.

            Les deux, dis-je. Pour enfanter une tension, une intensité. Dans le regard qui court de gauche à droite, de haut en bas. Zig-zag. À tâtons. Le corps et la page. La page et le corps. Une interface, un nouveau corps. Celui du lecteur : celui de toute poésie.

            La poésie est rencontre. Inattendue. Surgit là où on ne l’attendait plus. Dans l’ignorance de la parole qui se découvre. Cette plongée ascendante du corps sur l’espace de la page. Pour y trouver chacune des significations. Et non la moindre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :