Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Fragments du Cri, 3

« Cris, tambour, danse, danse, danse, danse ! Je ne vois même pas l’heure où, les blancs débarquant, je tomberai au néant.

Faim, soif, cris, danse, danse, danse, danse ! »

(Arthur Rimbaud, « Mauvais Sang », Une Saison en Enfer, 1873)

 

Une sarabande folle parcourt les « hideux feuillets » du « carnet de damné » de l’adolescent génial qui tourne en dérision sa propre quête poétique, la civilisation de l’homme blanc occidental dans laquelle elle s’est inscrite, pour y préférer l’aventure, le départ, la vie sauvage !

On y entend des ricanements démoniaques et des cris lancinants qui font la fièvre du lecteur parcourant ces lignes décisives par lesquelles sont rappelés un à un tous les délires que portait la soif d’absolu de celui qui connut, jadis, la vie comme une fête « où tous les vins coulaient. »

Quittant l’Europe, s’imaginant déjà en Afrique, le voyageur sait pourtant inéluctable le retour au néant à l’heure du débarquement des blancs, mais il lui préfère le chant nègre de la « faim », de la « soif », et de la « danse » !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :