Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans son Art poétique, véritable théorie de l’art classique, Nicolas Boileau salue l’avènement de François de Malherbe par un vibrant hommage : « Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, / Fit sentir dans les vers une juste cadence, / D’un mot mis...

Lire la suite

Né d’une famille protestante dont il a reçu une solide formation, Théophile de Viau a rapidement évolué vers la libre pensée, à la fois spontanément et sous l’influence de Vanini. Compagnon de Des Barreaux, Boisrobert, Mainard, Saint-Amant, groupe de...

Lire la suite

Le genre de la fable se rattache à des traditions très anciennes, comme le rappelle le poète du XVIIème siècle dans ses propres fables : « Nous devons l’apologue à l’ancienne Grèce » (Fables, Livre III, 1). L’influence d’Ésope, par l’intermédiaire de...

Lire la suite

L’affaire pourrait sembler entendue et le jugement sans appel, le XVIIIème siècle passe pour un âge sans poésie, marqué du sceau même de « l’échec des poètes » ! Une étude plus approfondie de la littérature de ce temps suffit à briser cette idée reçue,...

Lire la suite

Du poète à la production énorme, restent un nom (Lamartine) et un adjectif (lamartinien) ! Sur le malentendu lié à l’usage péjoratif de l’adjectif, synonyme de larmoyant, vague, mou, en un mot de vieillot, c’est le regard de l’insolent Arthur Rimbaud...

Lire la suite

Homme-océan, homme-siècle, Victor Hugo se révèle en écrivain-phare impliqué corps et âme dans les questions cruciales soulevées par le XIXème siècle et dont sa préface à sa fresque romanesque Les Misérables fait la synthèse et annonce la portée : « Tant...

Lire la suite

Comme le présente L. Chotard, dans son article du Dictionnaire universel des littératures, « Enfant terrible, ou enfant gâté, du romantisme, Musset a attiré sur son œuvre les malentendus propres à la jeunesse et à l’adolescence. » Et comme il existe des...

Lire la suite

« Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé, / Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie : / Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé / Porte le Soleil noir de la Mélancolie. » : tel un oxymore tiraillé entre ténèbres et clartés, ainsi se...

Lire la suite

René Char salua l’art de la fugue du jeune poète, qui l’accompagna sur les territoires d’une nouvelle écriture en prose de poèmes incandescents, de l’exclamation suivante : « Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud ! » Le géant protecteur commit également...

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>